Décoration

Insignes et logos   Peintures   Filets  

 

Insignes et logos
Les insignes (ou logos) de la marque Ultima étaient des décalcomanies et étaient apposées, comme c'était l'usage, de chaque côté du réservoir. Les logos ont changé au cours des années. Pour savoir ce qui était utilisé sur une moto donnée, si ce qui reste de la décalcomanie est lisible, c'est facile. En revanche, sur une moto restaurée, il faut être prudent, parce que les restaurateurs n'ont à leur disposition que ce qui est disponible dans le commerce.

Voici un essai de reconstitution. Les vues ne sont pas à l'échelle.

Années 20 : cet insigne apparaît sur les photos des machines à réservoir entretube de 1924 (type A), 1928 (type B2 350).
décalcomanie fournie par le Club du Motocyclettiste (ici en noir et blanc) et disponible chez de nombreux fournisseurs.
Ultima, Lyon
 
Années 30 à 50 : visible sur des photos de B2X (350 4 temps latéral) en 1937. C'est cet insigne que l'on retrouve sur plusieurs motos restaurées. Voir ci-dessous.
Logo 1930
Photo
Décalcomanies fournies par le Club du Motocyclettiste (ici en noir et blanc, avec leur numéro de référence) et disponibles chez de nombreux fournisseurs.
Attention : l'armoirie de la ville de Lyon est destinée à être collée derrière une vitre et son adhésif n'est donc pas du bon côté pour une utilisation sur une moto.
Planche club moto
 
Dernières années : ULTIMA écrit en majuscules sur un fond de lignes jaunes et noires. Il s'agit là d'une reconstitution à partir de photos en noir et blanc parues dans la presse en 1955 et 1956. Elle demande à être confirmée par des documents de bonne qualité.
Logo moderne
 
Décalcomanie fournie par le Club du Motocyclettiste (ici en noir et blanc, avec sa référence) et disponible chez de nombreux fournisseurs
Lyon167
 

Top



Armoiries de la ville de Lyon Armoirie de Lyon
Il semble que les Ultima aient souvent porté une décalcomanie particulière : les armoiries de la ville de Lyon.
Il a été trouvé au moins une moto avec un blason composé, déposé sur le garde-boue arrière d'une F125 de 1956, au dessus de la plaque d'immatriculation. Mais ce qui en restait n'était plus lisible. Voir les photos du garde-boue et la tentative de décodage du blason. Toutes les informations sur cette partie de la décoration sont les bienvenues.

Top




Peintures
On peut avoir la chance de retrouver la teinte exacte d'une peinture. Il faut pour cela retrouver sur la moto un endroit peint mais qui est resté protégé de la corrosion tout au long des années : dans les tubes de fourche, sous le réservoir...
Quelques exemples seulement :

Ultima V4-2 1950 Rouge Autobianchi n° 102 de 1988. C'est un brillant direct  
Ultima F125 1956
Rouge vif. Référence Glasurit ligne 22 : rouge 3*08*60*00 (2 composants : voir ci-dessus)


    





Top


Filets

Les motos anciennes aimaient bien les filets, dorés très souvent, peints un peu partout. Il y en avait sur les garde-boue, le réservoir, le couvre-chaîne, la boîte à outils, voire même sur les jantes. Ces filets étaient peints à la main par de vrais artistes. Photo

Pour une restauration, il y a plusieurs moyens de peindre les filets, et ils ne s'appliquent pas qu'aux Ultima :

 

Sous-couche dorée Ruban de masquage Filets terminés

La sous-couche de peinture dorée a été passée et masquée par le ruban (encore en place). On passe ensuite la 2e sous-couche, rouge. On la masquera ensuite, comme la première. Et on passera la dernière couche, noire.

Le ruban adhésif de Scotch 3M. Il existe en plusieurs largeurs, aux dimensions exotiques (en fractions de pouces)

Le résultat sur un garde-boue

 
Festival de filets sur cette superbe FIAT 524C de 1932. Chaque fente du capot est décorée d'un filet rouge, et des filets blancs courent sut toute la carrosserie sur le fond rouge.  

Top

10 décembre 2015